Le dashboard de Poool vous permet de bénéficier de segments natifs autour de l'engagement mais également de créer des groupes personnalisés (dits "custom") pour vous laisser implémenter des stratégies de paywall fines en fonction de la connaissance de votre audience. 

Cet article vous explique comment intégrer Poool simplement avec Google Tag Manager (GTM) et en profiter pour faire le pont entre la donnée que vous pouvez collecter on-site à propos de votre audience. 

Le Data Layer

L'utilisation de Google Tag Manager (GTM) vous permet de mettre en place sur votre site un tableau Javascript nommé "Data Layer". Vous pouvez y stocker toute l'information que vous souhaitez, du type de page servant à Poool (free, premium, subscription...) jusqu'au statut de l'utilisateur (inscrit, connecté...) de manière invisible pour le lecteur.

Spécifier des données transversales et globales est la manière la plus intéressante d'utiliser le Data Layer. Cela va vous permettre d'exploiter au maximum les informations que vous collectez on-site pour ensuite activer la donnée sur divers services.

Pour plus d'informations spécifiques sur le Data Layer, voici l'URL de la documentation : https://developers.google.com/tag-manager/devguide

Les variables définies par l'utilisateur

Lorsque l'équipe technique ajoute une nouvelle variable dans le Data Layer, elle ne se crée pas automatiquement dans l'interface utilisateur de GTM.

Il vous faut aller dans la section "Variables" et cliquer sur "Nouvelles" dans la section concernant les variables définies par l'utilisateur.

À ce moment-là, vous allez devoir choisir un type de variable : pour le Data Layer, il va s'agir d'une "Variable de couche de données".

Rappel :

Une variable de Data Layer se présente dans le code sous cette forme :
 

dataLayer = [
                         {clé:valeur},
                         {...}
                      ]


Une fois que cela est fait, répétez l'opération autant de fois que vous avez de données utilisables dans votre Data Layer.

⚠️ Important

Pour intégrer Poool dans GTM grâce au Data Layer, il faut renseigner à minima le type de page (free, page, premium, subscription) et le statut de l'utilisateur (s'il est connecté/abonné ou non).

Créer les balises pour intégrer Poool

Maintenant que vous avez un Data Layer bien rempli et des données dans GTM, vous allez pouvoir les exploiter directement dans Poool.

Pour cela, il vous faut intégrer le paywall de Poool en 3 étapes :

1ère étape

Créer une balise "html personnalisé"  avec uniquement le script Poool :

<script>
  !function(w,d,s,u,p,t,o){
  w[p]=w[p]||function(){(w[p]._q=w[p]._q||[]).push(arguments)},
  t=d.createElement(s),o=d.getElementsByTagName(s)[0],
  t.async=1,t.src=u,o.parentNode.insertBefore(t,o)
  }(window, document, "script", "https://assets.poool.fr/poool.min.js", "poool");
  poool("init", "XXXX-XXXX-XXXX-XXXX"); // Remplacez par votre identifiant d'application
</script>

2ème étape

Ensuite, une seconde balise "html personnalisé" avec la configuration Poool (exemple) :

poool("config", "user_is_premium", {{variable_datalayer_user}} // true ou false);
poool("config", "cookies_enabled", true);

3ème étape

Pour finir, une troisième balise sera nécessaire, contenant uniquement la ligne suivante :  

poool("send", "page-view",{{variable_datalayer_typedepage}});

Cette troisième et dernière balise doit être dépendante de la balise de configuration (la seconde), elle-même dépendante de l'appel d'origine au script (la première).

Pourquoi 3 balises ?

L'objectif est d'implémenter l'intégration la plus flexible possible et de facilement modifier la configuration.

En effet, désormais, si vous mettez à jour votre datalayer avec des données comportementales afin d'utiliser nos groupes custom, il va vous suffire de mettre une condition dans la balise contenant la configuration.

Exemple

Si dans le datalayer vous ajoutez une variable {fan_de_foot:true}, cela pourrait indiquer que la personne en question a des affinités avec les sports collectifs.
 
Si vous décidez de créer un groupe custom pour atteindre directement cette personne sur Poool, il va vous suffire de créer un groupe custom (avec le slug "fan_de_foot", par exemple) et un parcours à l'intérieur. 

Ensuite, dans la configuration Poool, dans GTM (dans la seconde balise, rappelez-vous, et après avoir déclaré la variable), rajouter :

if({{fan_de_foot}}) == true) {
  poool("config", "custom_segment", "fan_de_foot");
}

  • {{fan_de_foot}} = ma variable GTM, correspond à ma donnée du datalayer
  • {{fan_de_foot}}) == true = je pars du principe que si l'utilisateur est concerné, je passe le booléen "true" dans le datalayer. Si il ne l'est pas, la valeur devrait être "false".
  • poool("config", "custom_segment", "fan_de_foot"); = j'appelle le custom segment Poool dont le slug renseigné à la création est "fan_de_foot".

Désormais, les utilisateurs rentrant dans cette catégorie se verront mis dans le segment custom qui leur correspond et seront donc soumis à un parcours spécifique.

Allons un peu plus loin dans cette logique

Maintenant que vous avez compris comment récupérer une variable de datalayer directement dans GTM et l'exploiter dans un custom segment Poool,  il est temps de rendre tout cela un peu plus dynamique !

L'exemple des catégories d'articles

En reprenant l'exemple du dessus, le manque de dynamisme saute aux yeux. Effectivement, il n'est pas pratique de faire corréler deux données écrites "en dur".

Voici un exemple qui va permettre d'exploiter le potentiel de Poool de manière un peu plus large.

Partons du principe qu'un article est toujours dans une catégorie, et que cette catégorie ne change pas (ou peu), Je suis donc capable de rentrer la catégorie de l'article en cours dynamiquement dans mon datalayer. 

dataLayer.push({'category':ma_variable_categorie});

Il ne reste plus qu'à déclarer la variable "category" dans GTM et ainsi, à chaque fois qu'un utilisateur chargera un article, la catégorie de l'article sera envoyée sur le gestionnaire de tags.

Maintenant, utilisons cela dans Poool !

Il ne reste plus qu'à tout mettre en place. Partons du principe que vous connaissez le nom des catégories ("faits-divers", "politique", "economie", "sport") et que vous avez une stratégie définie pour les utilisateurs consultant des articles "economie" et "sport".

Allez dans le dashboard Poool et créez deux nouveaux custom segments en leur donnant le slug de la catégorie : "economie" et "sport".

N'oubliez pas ensuite de créer au moins un scénario dans chaque groupe, sinon vos utilisateurs se verront afficher l'abonnement exigé !

Dans la configuration Poool (toujours la seconde balise), rajoutez la condition suivante :

if({{category}}) {
    poool("config", "custom_segment", {{category}});    
}

Ainsi, dynamiquement, le bon groupe custom sera appelé, selon la catégorie.

Ordre des appels

⚠️ Attention ! Aujourd'hui, le groupe custom appliqué à l'utilisateur est le dernier écrit dans le code de configuration. 

Exemple :

poool("config", "custom_segment", "x");  
poool("config", "custom_segment", "y");

Le groupe custom appliqué à l'utilisateur sera "y".  

Si besoin, n'hésitez pas à nous contacter, nous sommes là pour ça ❤️

Avez-vous trouvé votre réponse?